Suicides chez France-Telecom: L’ancien PDG mis en examen

La justice a décidé la mise en examen pour harcèlement moral de l’ex-PDG de France-Telecom. Cela est l’une des étapes judiciaires faisant suite aux conséquences terribles des méthodes de gestion que la CGT a France Télécom  a toujours dénoncé.

Cela doit faire réfléchir les patrons de Steria. En 2008, une vague de tentatives de suicides et de suicide a eu lieu dans l’entreprise. La Direction s’est enfermée dans une posture de déni et a monté de toute pièce une opération de communication autour d’un programme de “bien-être des salariés” dénommé Zen it!  Cf

  TGI Nanterre 2009: Risques Graves à Steria (1,2 MiB)

Elle a poussé sa logique en voulant empêchant le CHSCT de mener sa propre enquête en présence d’un risque grave avéré et en l’attaquant devant le TGI de Nanterre. Elle s’est fait “tapé sur les doigts” par la Cour d’Appel de Versailles en 2009 qui l’enjoignait de laisser le CHSCT travailler puisqu’il y avait bel et bien un risque grave pour les salarié-e-s. Cf

  Jugement Cour d'Appel Versailles 2009: Risque Grave à Steria (795,3 KiB)

Le journal “Le Monde” en 2010 a d’ailleurs consacré une pleine page à la souffrance programmée dans les SSII et particulièrement à Steria. Cf

  Article "Le Monde" Souffrances à Steria (56,8 KiB)

.
La Direction a finalement joué la politique de l’édredon en laissant le Cabinet Technologia mener l’enquête pour le compte du CHSCT. Mais une fois terminé (en juin 2010), la Direction s’est surtout empressé d’enterrer le diagnostic posé. En privé, et selon ce qui a été rapporté à la CGT, certain membre de la Direction qualifiait le rapport de “torchon”.

Un plan d’action devait être posé fin 2010. Aujourd’hui mi 2012 il n’en est rien.
Steria poursuit sa com autour de Zen it!. La DRH cherchant même a imposé des “formations”  aux membres des CHSCT. “Formations ” faites par un organisme qui n’est même pas agréé par le Ministère du Travail.

La souffrance au travail persiste dans les établissements de Steria, au vu et au su des patrons de Steria. Steria a fait le choix de nier la souffrance au travail et surtout de nier que son organisation du travail était cause de cette souffrance.

Même une enquête interne qu’elle a faite auprès des salarié-e-s en 2011 (Great Place to Work) a eu des résultats catastrophiques. Pour Steria c’est un problème de mauvaise communication entre managers et “salarié-e-s”.

Le message induit par la mise en examen de l’ex-PDG de France Telecom est que les patrons  ne pourront plus se défiler devant leur lourde responsabilité. Et en premier lieu ceux de Steria.

La CGT ne manquera pas de le rappeler.

Updated: 5 juillet 2012 — 11 h 10 min
CGT SOPRA-STERIA © 2016 Frontier Theme