Communication syndicale mensuelle

Tous les salarié-e-s vont subir un impact majeur dans la reconnaissance de leurs qualifications et leurs compétences. Les métiers SSG sont différents de ceux de I2S et pourtant un seul référentiel métier.

Le 29/03/2018 le CE I2S a été Informé en vue de la consultation sur le projet d’évolution du référentiel métiers et le 10 avril 2018, ce même référentiel métiers a été présenté à l’ICCHSCT de la société I2S.

Rappel :

Avant 2015, le groupe STERIA (dont sont issus l’intégralité des salarié-e-s de la société I2S) détenait son propre référentiel métiers, composé d’une matrice articulée autour de 18 métiers et 8 niveaux de qualification, regroupant 220 emplois différents.

De son côté, le groupe SOPRA possédait un référentiel métiers très éloigné de celui du groupe STERIA, composé de 6 métiers et de 6 niveaux de qualification, déclinés en filières et en emplois repère.

En avril 2015, la direction d’I2S indiquait qu’elle était en cours de création d’un référentiel métier unifié.

A compter de juillet 2015 la direction du groupe a décidé de mettre en œuvre ce référentiel métier identique pour SSG et I2S alors même qu’elle n’avait toujours pas procédé aux nouvelles élections.

C’est dans ce contexte que la Société I2S impose à des salarié-e-s tous issus de STERIA un référentiel métier issu de SOPRA un projet de transformation du référentiel métiers du Groupe applicable aux salarié-e-s de la société I2S.

Les membres de l’ICCHSCT constataient que le projet de transformation du référentiel métiers du Groupe contenait de nombreuses modifications susceptibles d’avoir des répercussions sur:

  • Le positionnement équitable au sein de la nouvelle matrice Groupe des classifications, que ce soit à l’étape A ou B ;

 

  • L’évaluation des nouvelles compétences comportementales transverses ;

 

  • L’évolution et la progression professionnelle pour chaque niveau de la grille de qualification ;

 

  • La modification des fiches emploi repères et leurs liens avec les missions confiées actuellement ;

 

  • La modification des métiers par l’introduction de la démarche client « end to end » (prestations clients de bout en bout).

 

En conséquence, par une délibération du 4 mai 2018, l’ICCHSCT décidait de recourir à une expertise sur ce projet important au sens de l’article L. 4614-12 du Code du travail et désignait le cabinet ALTERventions) :

 

  • d’une part, d’éclairer l’ICCHSCT sur les enjeux et les conséquences de ce projet en termes d’organisation, de condition de travail, d’hygiène, de santé et de sécurité de salariés ;
  • d’autre part, d’assister l’ICCHSCT dans la formulation d’un avis : des propositions pour améliorer le projet et rendre un avis argumenté sur l’actualisation du référentiel métiers.

Les délégués du CHSCT notaient tout particulièrement attendre de l’expertise :

  • « une identification et analyse précise des changements prévus par le nouveau Référentiel métier et notamment les modifications apportées aux compétences comportementales complétant le dispositif d’évaluation de la performation et son articulation avec les entretiens d’évaluation par métier et par emploi repère »
  • « une analyse de l’adéquation du référentiel avec les compétences actuelles et les attendus des professionnels en matière de référentiel métier »

Cette expertise s’avérait particulièrement nécessaire dans la mesure où :

  • les instances représentatives du personnel au sein de la société I2S n’avaient jamais été consultées sur le référentiel métier Groupe puisqu’elle n’étaient toujours pas en place à la date à laquelle la Société a mis ce référentiel en vigueur ;
  • les métiers au sein de la Société I2S sont propres à cette société ;
  • de nombreux emplois au sein de la société I2S étaient menacés « d’obsolescence » au sein de la branche « Infrastructure Management ».

 

Le 18 mai 2018, le cabinet ALTERventions remettait à la Direction une première lettre de mission détaillant très précisément les modalités de son intervention en sa qualité d’expert.

La direction a contesté le cout de l’expertise et l’affaire est actuellement en justice.

La GT Sopra Steria, considère que la fusion Sopra Steria était bien un  projet important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail des salarié-e-s de l’infrastructure management devenu après la fusion I2S et soutient l’ICCHSCT dans sa démarche d’une expertise qui l’éclaire sur les conséquences de ce nouveau référentiel sur l’organisation du travail et la santé des salarié-e-s

 

Updated: 10 septembre 2018 — 13 h 54 min
CGT SOPRA-STERIA © 2016 Frontier Theme