NEGOCIATIONS SALARIALES (3)

La CGT SOPRA STERIA intervient dans le débat:

Le salaire ce n’est pas un objet anodin. Le salaire est vital pour les salarié-e-s. Pour un certain nombre c’est un élement de survie.

Les augmentations collectives doivent traduire que la création de richesses ce sont bien les salarié-e-s qui en sont à l’origine.

Il est proprement scandaleux que l’écart entre la rémunération annuelle du PDG (plus de 700 000€) et celle des plus bas salaires (18000 €) soit de 1 à 40! Quelles sont les richesses réellement produites par les dirigeants de l’entreprise et les actionnaires?!

La délégation patronale vient en réunion en sachant qu’elle ne lâchera rien et qu’elle s’oblige à “écouter” les délégations syndicales. D’autant plus que les augmentations individuelles “à la gueule” (pour celles et ceux qui en ont vu la couleur) ont déjà été faites en janvier.

Donc il n’y a rien à négocier.

En fait les patrons partagent le même concept que les organisations syndicales: RAPPORT DE FORCE.

Ils considèrent aujourd’hui que celui-ci n’est pas en faveur des salarié-e-s eu égard à l’absence de mobilisation aujourd’hui des salarié-e-s. Ils avancent comme un rouleau compresseur.

La CGT SOPRA STERIA continuera  inlassablement pour construire  un rapport de force en faveur des salarié-e-s, seule condition pour obtenir satisfaction.

Il est révélateur de constater que le critère “A TRAVAIL DE VALEUR EGALE, SALAIRE EGAL” ne fait pas partie des principes énoncés par la Direction.

Updated: 10 mai 2016 — 15 h 47 min
CGT SOPRA-STERIA © 2016 Frontier Theme