ETRE SALARIE-E-S HANDICAPE-E-S A STERIA…

Lors de la négociation de l’accord sur le handicap en 2011, la CGT a fait plusieurs observations. Malheureusement personne-et surtout pas cette Direction- n’a voulu en tenir compte.

La première était de se poser la question de la crédibilité en la matière de la Direction dans la mesure où nombre de salarié-e-s entrant en bonne santé se retrouvaient handicapé-e-s à cause du stress, de la souffrance au travail créée par l’organisation du travail, par le système mis en place par la Direction Générale.

La deuxième était de considérer que le handicap n’était pas seulement physique, n’était pas forcément visible.

La troisième était de mettre en avant le maintien dans l’emploi, l’évolution professionnelles des salarié-e-s handicapé-e-s.

La quatrième était de se poser la question : “Qu’est ce qui donnerait envie à des salarié-e-s handicapé-e-s de venir à Steria, connaissant la situation faite à l’ensemble des salarié-e-s de l’entreprise: Manque de reconnaissance, intensification du travail, etc.”

Le budget consacré pour cet accord faisait la part belle aux opérations de Marketing, comme cette tournée d’un bus dans toute la France, où le spectacle du Directeur de Steria France jouant au ping-pong assis sur une chaise pour faire genre!

La CGT avait décidé de ne pas signer ce texte, au mieux insuffisant. Seule une disposition concernant le temps de trajet qui serait pris comme temps de travail était une réelle avancée. Encore eut-il fallu qu’elle soit appliquée.

Cela montre que la CGT avait raison, malheureusement seule, de ne pas croire en une réelle volonté de la Direction d’améliorer la situation des travailleur-se-s handicapé-e-s.

La réalité des salarié-e-s handicapé-e-s est malheureusement toute autre.  Nos délégué-e-s du personnel de la Région Parisienne sont de plus confronté-e-s à des situations difficiles, inadmissibles, qui les amènent à intervenir et déclencher des droits d’alerte pour sauvegarder l’intégrité, la dignité des salarié-e-s.

Le constat est terrible:

  • Des salarié-e-s handicapé-e-s doivent se battre contre des managers qui ne veulent pas entendre parler du trajet pris en temps de travail.
  • Des salarié-e-s handicapé-e-s doivent attendre des mois et mois pour qu’enfin leur poste soit aménagé.
  • Des salarié-e-s handicapé-e-s se voient retirer de mission et végètent en intercontrat
  • Des préconisations de télétravail faites par la Médecine du Travail sont remises en cause, ne sont pas appliquées.
  • Quand des pressions, avertissements leur sont appliqué-e-s

Que dire également des salarié-e-s handicapé-e-s reconnu-e-s RQTH, qui ne bénéficient même pas de ces maigres dispositions de l’accord sous prétexte qu’ils/elles appartiennent à une société de l’UES, celle où se trouvent les Dirigeants du Groupe, les plus hauts revenus,  qui n’est pas couverte par l’accord d’entreprise.

La situation faite à des salarié-e-s handicapé-e-s est inadmissible.  C’est le sens de notre saisine des Inspection du Travail le 14 Février 2014.

Nous continuerons à nous battre pour le droit et la dignité des salarié-e-s handicapé-e-s à Steria.

 

Updated: 25 février 2014 — 20 h 38 min
CGT SOPRA-STERIA © 2016 Frontier Theme