Non, nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en pandémie. Et c’est bien assez